Mob'Reçit, Upload 2018, A l'étage,

2018,

Paris

 

 

mob recit tania gheerbrant 1
mob recit tania gheerbrant 4
mob recit tania gheerbrant 2

Voix off :

 

 “Il m’écrivait qu’une seule forme avait su dire l’impossible du langage, le non-sens même, imbriqué justement là où il pensait y déceler le sens, une forme inventée par un mathématicien allemand du XIXème siècle : Möebius.

Il m’écrivait alors que pour un sujet parlant, toute tentative de collage d’un signifiant à un signifié échoue.

Qu’inévitablement : le mot se répète, la boucle se referme sur elle-même, mais qu’il subsiste toujours entre les deux entités l’espace d’une bande de Möebius, c’est à dire un point d’impossible, un vide impensable.

Elle précisa que localement, à chaque instant du parcours de la bande, il y a deux faces repérables. Et que dans cette mesure, le signifiant et le signifié s’opposent, mais en fait que leur différence ne s’appuyait que sur un facteur temporel.

Elle m’expliqua que le signifié n’en finissait pas de glisser à l’envers et au bout du compte, une fois qu’un tour complet avait été effectué, il devenait alors un autre signifiant sur l’endroit cette fois et qui venait définir le premier.

Elle réussit à conclure qu’un signifiant ne renvoie jamais qu’à un autre signifiant et qu’il représente alors bien un sujet pour un autre signifiant.

Il remarqua qu’il s’agissait là d’une propriété fondamentale du langage humain dans la mesure où toute signification est marquée par le vide qu’elle enserre.

L’anneau ou la bande faisant ainsi apparaître la chaîne signifiante en tant qu’elle enserre un vide.

Il complexifia bientôt la question et ajouta à la forme première une rotation tripartie, il étendit alors les bords de l’anneau pour obtenir une surface unilatérale munie d’un seul point singulier : une surface de Boy.

Du nom d’un autre mathématicien allemand du XIXème siècle.

C’est alors dans cette nouvelle forme, découverte tardivement qu’il réussit à nouer les trois catégories fondamentales du sujet : le réel, le symbolique et l’imaginaire."

mob recit tania gheerbrant premier plan victoire thierree
mob recit tania gheerbrant premier plan mahalia kohnke jehl

Détails des pièces :

 

- texte de l'exposition : " Quatre artistes, une boutique passage Jouffroi. En vitrine, il n'y a rien à voir. À l'étage, ça goutte sur la moquette. Décor trouble, les sols glissent sur les murs. Des formes familières fondent, comme du métal qui colle à la peau. Les expérimentations hasardeuses d'un homme invisible rencontre une technologie militaire. Tout se reflète et se répète, dans l'oeil, et dans le vôtre, peut-être."

 

- Scénographie pensée et réalisée par les artistes comme une proposition à part entière et co-signée  : Tania Gheerbrant, Mahalia Köhnke-Jehl, David Perreard et Victoire Thierrée

 

 

- Mob'Recit, Upload 2018, installation, contreplaqué, miroir/aluminium, métal, enceinte, lecteur mp3, son 4'30" en boucle, voix off : Laure Mathieu

 

- vue d'exposition avec Mob'Recit, Upload 2018, Tania Gheerbrant et Stealth nose, 2017, Victoire Thierrée

 

- vue d'exposition avec An open sky behind a wire rack #1, 2018, Mahalia Köhnke-Jehl, Stealth nose, 2017, Victoire Thierrée et  Mob'Recit, Upload 2018, Tania Gheerbrant