Absoluts  ---------- 2019

Absoluts, co-réalisé avec Mahalia Khönke-jehl, production La Panacée / Moco,

2019, plâtre, métal, écran, pied, vidéo 4k couleur muet, 6 min en boucle, 300 x 350 cm

vues d’exposition : COOKBOOK 2019, La Panacée, cur. Nicolas Bourriaud & Andrea Petrini

 

 

Absoluts, co-réalisée avec Mahalia Khönke-jehl et produite par La Panacée / MoCo, est une installation composée d’une sculpture et d’une vidéo couleur muette. La sculpture combine les fonctions d’assiette et de table. Réalisée en plâtre, elle est recouverte d’un vernis. La tension entre sa circularité et les strates de stalactites, renvoie tant à l’art pariétal qu’aux lignes épurées du design.

Lors du vernissage, un cocktail gélifié remplissait la sculpture - à base de vodka, lamelles de concombre, poivrons séchés et myrtille au sirop. Les spectateurs, après avoir signé une autorisation de droit à l’image, étaient ainsi conviés a dégusté la gelée. Au centre de la sculpture je  filmais les invités.

Dans un deuxième temps, nous avons monté la vidéo et installée celle-ci à côté de la sculpture vidée et nettoyée. Le film, s’intéresse à présenter ce moment de dégustation. Le choix des cadrages serrés et le récit introduit par le texte défilant, interrogent les rapports sociaux à travers le concept de viscosité proposé par Timothy Morton dans Hyperobjet.

Le texte, par bribes, décale ainsi la documentation de la performance vers un récit poétique où échelles, temporalité, philosophie et écologie sont les enjeux incarnés dans l’objet gélifié.

Absoluts, co-réalisé avec Mahalia Khönke-jehl, production La Panacée / Moco,

2019, 4k couleur muet, 6 ' en boucle

sous titres :

’’

Qu'est ce qui nous relie donc ?

 

Nous étions enclin à reformuler la question sous une autre forme, du type : qu'est ce qui nous colle donc ?

 

Effectivement à bien y regarder nous nous sentons comme englué.

 

Une couche transparente, visqueuse et dense, agissant de manière autonome, définit nos attachements et nos répulsions.

 

C'est-à-dire que depuis un certain temps, la surface de la terre se couvre.

 

La première pellicule, d'abord insignifiante, s'est avérée décisive pour la suite.

 

Une nouvelle vapeur a déposé de la poussière noire.

 

Le pétrole a percé un trou dans la notion de monde.

 

Qu'est ce qui nous colle donc ?

 

Effectivement à bien y regarder nous nous sentons comme englué.

 

Chaque mesure est perçue comme une altération.

 

Elle nous regarde en tournant sur elle-même.

 

 Le visqueux nous coalise.

 

Comme au niveau quantique, ce que nous voyons adhère à l'équipement qui le voit.

 

 L'observation de l'expérience influence l'expérience.

’’

Photogrammes de Absoluts, co-réalisé avec Mahalia Khönke-jehl, production La Panacée / Moco,

2019, 4k couleur muet, 6 ' en boucle